Une déconnexion qui manque de débit

Chers lecteurs, l’heure est au bilan. Vous vous demandez sûrement où j’en suis de mon expérience de déconnexion ?  Autant le dire d’entrée de jeu, mon expérience n’est pour l’instant pas, et de loin une réussite. Je me suis en effet rendue compte que le problème quand on est loin de tout c’est qu’on a besoin de prendre des nouvelles de ses proches, et pour prendre des nouvelles on utilise inévitablement son téléphone ou son ordinateur. Quel paradoxe !

Du coup ce premier bilan est je l’avoue plutôt mitigé :

Télévision => Plus du tout de télé en semaine, très peu voire pas du tout le week-end.  De ce côté-là aucun problème, je n’ai jamais vraiment été une grande adepte de la télévision et ça fait vraiment partie des choses que l’on utilise quand on en a une mais qui ne manque absolument pas quand on n’en a pas.

Téléphone => Utilisation plus contrôlée mais non moins fréquente (sauf quand je n’ai plus de réseau) C’est là-dessus que j’ai le plus de difficulté, je suis loin de ma famille et de mes amis du coup j’ai besoin de garder le contact avec eux, un message de temps en temps ce n’est pas grand-chose mais mis bout à bout cela signifie que je n’arrive pas encore à me détacher de mon téléphone. Mais j’essaie, le soir je privilégie la compagnie des autres à celle de mon téléphone que je laisse dans ma chambre.

Ordinateur => impossible de m’en passer la semaine, j’ai beaucoup trop de boulot qui nécessite obligatoirement l’utilisation d’un ordinateur et d’une ligne internet (comme la rédaction de cet article par exemple). Mais du coup le week-end je fais un peu une overdose de l’ordinateur et je ne l’allume pas du tout sauf en cas de force majeure.

Ce qu’il faut retenir de tout ça : j’apprends encore, mais je me rends de plus en plus compte que le plus important c’est d’être dans une démarche volontaire et critique. La vraie liberté c’est avant tout avoir conscience de ses actes et de la raison pour laquelle on les effectue.

Le but encore une fois n’est pas de stopper purement et simplement l’utilisation des technologies. Le but est de limiter l’usage de ces technologies et de s’en servir avec du sens et de la raison. Les rejeter ne servirait à rien, il faut simplement accepter qu’elles fassent partie de nos quotidiens (le contraire est-il de toute façon possible ?) sans les rendre indispensables.

Bilan de tout ça, c’est qu’il est difficile de faire sans toutes ces technologies, encore plus dans un contexte professionnel. Je sais, vous le savez, tout le monde s’en rend compte au quotidien. Mais à travers mon expérience ce que je veux c’est arriver à intégrer à ma vie de vraies périodes de déconnexion. Et le faire de façon naturelle, s’obliger constamment à ne pas regarder son téléphone ou à ne pas allumer la télé, je n’appelle pas ça de la déconnexion, j’appelle ça de la contrainte, contrainte durant laquelle on ne se sert en effet plus de ces objets mais où on pense constamment à le faire. Non ce que j’essaie de faire ici c’est d’apprendre à me passer de ces objets, d’apprendre à faire sans, tout comme il y a quelques années nous avons appris à faire avec.

Donner moi vos avis, qu’essayez-vous de faire au quotidien pour limiter vos usages des technologies ?

Morgane

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :