I boycott

Les associations, c’est aussi comprendre notre société, l’accompagner dans le changement, innover, utiliser tous les moyens et les canaux différents pour faire entendre la voix citoyenne.

C’est pour cela que j’aimerais aujourd’hui faire un focus sur l’association I-boycott qui promeut une nouvelle forme d’action citoyenne : le boycott.

I-boycott est une association de loi 1901 à but non lucratif créée en 2015 par une équipe de bénévoles voulant démocratiser une façon de lutter : le boycott et le buycott (en référence au verbe anglais buy = acheter).

L’association est fondée sur d’importantes valeurs éthiques comme la protection de l’environnement et de la biodiversité, l’envie de voir l’économie évoluer dans un sens éthique et durable, l’envie de voir donner du pouvoir décisionnel au citoyen. Elle a donc créé un outil qui permet au consommateur de devenir « consom’acteur ».

Le Boycott, un formidable moyen d’action citoyen 

Le boycott, c’est refuser de consommer un produit d’une marque ou parfois d’une nation. C’est aujourd’hui devenu une forme très concrète et efficace de contestation. En effet, face aux pratiques révoltantes de certaines grandes multi-nationales, le boycott permet de frapper à l’endroit où cela leur fait le plus mal, au porte feuille dans l’optique de les faire réagir. A l’inverse, les entreprises qui rentrent dans le cadre de projets éthiques, sociaux ou écologiques vont être valorisées.

« Chaque fois que vous dépensez de l’argent 

vous votez pour le type de monde que vous voulez »

Anna Lappe

L’association I-boycott a donc décidé de développer un outil permettant de faciliter un boycott collectif et participatif.

Un outil ludique 

Après avoir tapé « I-boycott » dans mon moteur de recherche et m’être connecté sur le site www.i-boycott.org, je dois me créer un compte. Un fois celui-ci créé, trois options s’offrent à moi :

La première option consiste à « créer une campagne de boycott ». Pour cela, l’association me met en garde contre certains abus comme la discrimination ou encore la diffamation. Ensuite, il faut trouver un titre pour la campagne, renseigner des sources vérifiables, fixer le nombre de boycottants nécessaires avant de prévenir l’entreprise etc.

Une fois toutes ces informations effectuées, ma campagne de boycott rentre en phase de « consolidation ». En d’autres termes, chacun pourra juger de la pertinence de cette campagne et  apporter certains conseils pour que j’améliore celle-ci. Vient ensuite l’étape de la propulsion. A ce moment là, la campagne doit recevoir plus de 1000 soutiens dans le mois, si elle réussi, celle-ci est officiellement mise en ligne sur le site.

Qu’en est-il des campagnes mises en ligne ? 

Lorsque la campagne est officiellement mise en ligne, chaque utilisateur peut se joindre au boycott en informant simplement la fréquence à laquelle il consomme le produit ou la marque en question.

De plus, les boycottants peuvent aussi apporter des idées de produits alternatifs au produit en question et voter pour celui qui est le plus approprié. Par exemple, une campagne de boycott contre Coca-Cola est en place et pour celle-ci des internautes ont proposé comme alternative le coca cola « ethik » ou encore le « breizh cola ». C’est le principe du buycott : le fait d’acheter et de consommer pour des raisons éthiques est l’alternative idéale aux produits boycottés.

Pour revenir à la campagne de boycott, une fois qu’un seuil de boycottants défini au préalable est atteint, l’entreprise en question est informée de l’action citoyenne. Celle-ci peut choisir de répondre ou non. En cas de réponse, l’entreprise repasse devant le « jury citoyen ». En effet, chaque boycottant peut voter pour choisir de continuer le boycott ou d’arrêter celui-ci car la réponse de l’entreprise l’a satisfait.

Une association qui a fait ses preuves ! 

En 2014, I-boycott lance une campagne à l’encontre de la marque Oasis qui est accusée de soutenir les cirques Pinder accusés eux-mêmes de maltraitance animale. Près de 5000 personnes ont participé à la campagne. Une fois informée, l’entreprise Oasis, marquée par l’ampleur qu’était en train de prendre la campagne a décidé de retirer l’ensemble des logos Pinder de ses produits et a mis fin à son partenariat.

Une première victoire pour I-boycott qui, je l’espère, en appellera d’autres !

Simon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :