La restriction d’eau c’est quoi ?

Le préfet des Bouches-du-Rhône a déclaré le 30 juin 2017 la région comme étant en alerte à la sécheresse. Nous sommes au mois de novembre et cet arrêté a été prolongé jusqu’au 15 décembre 2017. Des restrictions d’eau ont débutées depuis le 23 juin 2017, mettant ainsi la région en état de sécheresse avérée.

Que veut dire restriction d’eau ?

Il s’agit de la suspension de tout prélèvement d’eau dans les zones d’alertes, soit l’interdiction de prélever de l’eau dans les bassins versants, dans leurs affluents, ou dans leurs nappes d’accompagnement et ceci par voix de forage, puits, prise d’eau ou pompes. Cette interdiction concerne l’ensemble des usagers, c’est-à-dire aussi bien l’industrie, les commerces, les exploitants agricoles que les particuliers.

Il est à noter que les mesures de limitation et de suspension de l’usage de l’eau ne concerne pas l’utilisation d’eaux usées, traitée et recyclées en sorties de station d’épuration.

Ces restrictions d’eau doivent être vues comme un élan de solidarité entre les divers acteurs de notre région.

Quelles sont ces restrictions d’eaux ?

Ces restrictions d’eaux ont pour but de protéger la vie qui se trouvent dans ces cours d’eaux, autrement dit, permettre aux animaux marins de continuer leurs circulations et leurs reproductions et ceci en plus de conserver l’adduction d’eau potable.

  • Restriction des usages secondaires (nettoyages des voitures, lavages extérieurs)
  • Restriction du lavage des voies publiques (dans la mesure du strict nécessaire)
  • Réduction de la consommation d’eau à usage domestique
  • Diminution des arrosages des espaces verts
  • Adaptation des plantations aux conditions climatiques de la région

Quelles sont les conséquences de cette sécheresse ?

En ce moment les journalistes et le gouvernement nous parlent de sécheresse et de ses conséquences. Étant dans une société où tout vient à nous, il est difficile de se rendre compte des réelles conséquences que cela a sur notre quotidien et environnement.

Ce que nous avons tendance à remarquer en premier lieu lors des sécheresses, c’est la multiplication des feux de forêt. Cela résulte, dans un premier temps, d’une certaine déforestation mais pas uniquement.

Un feu de forêt dégage dans l’atmosphère une certaine quantité non négligeable de dioxyde de carbone. Cela implique l’augmentation de l’effet de serre ainsi que l’accélération du réchauffement climatique. Les cendres réduisent les éléments nutritifs des sols ce qui empêchent le renouvellement de la flore et, par conséquents, de la faune. Le polyphosphate d’ammonium présent dans les retardateurs de flammes utilisés par les pompiers reste présent dans les terres, ceci ayant pour conséquence de modifier leur fertilité, de diminuer la biodiversité, et d’affecter la composition de la végétation.

Ensuite, nous savons que 95 % des eaux de pluies sont stockées dans les nappes phréatiques qui représentent entre 25 et 40% de la consommation d’eau domestique. Aujourd’hui, ces nappes phréatiques ne se remplissent plus et cela a des conséquences considérables. Notre consommation d’eau s’en retrouvera limitée soit par des coupures d’eau soit par la réduction du débit. L’accès à l’eau potable chez soi sera de plus en plus difficile, ce qui obligera la population à consommer encore plus d’eau en bouteille.

Les terres agricoles sont également concernées. Les mesures mises en places pour économiser l’eau sont drastiques par rapport aux besoins des agriculteurs. En effet, ils ont besoin d’arroser leurs terres chaque jour mais les restrictions actuelles les limitent à uniquement trois jours. Les terres sont tellement sèches que même lorsqu’il pleut l’eau ne peut s’y infiltrer ceci provocant des glissements de terrain. Les conséquences sont telles, que les cultures sèchent diminuant ainsi la production de nourriture. Il en est de même pour les éleveurs, qui sont maintenant obligés de nourrir leurs bêtes avec leurs réserves de foins. Le manque d’eau ne leur permet plus de faire des réserves de nourritures comme d’ordinaire.

A notre échelle comment agir ?

Il est important que chacun d’entre nous agisse. Pour cela, il suffit de changer nos habitudes de consommation en adoptant de nouveaux gestes plus responsables. Voici quelques conseils simples à mettre en place :

  • Je ferme mon robinet d’eau lorsque je me brosse les dents, lave les mains, me rase, pendant que je me savonne, fais ma vaisselle
  • Je privilégie une douche de 5 minutes plutôt qu’un bain
  • Je lave ma voiture qu’en cas de grande nécessité
  • Je limite le nombre de fois où je tire la chasse d’eau
  • Je fais tourner mon lave-linge/lave-vaisselle seulement quand celui-ci est plein
  • Je lave mes légumes dans une bassine d’eau afin de récupérer l’eau pour arroser mes plantes

Ces quelques astuces permettront d’économiser l’eau mais aussi de réduire sa facture. Tout le monde peut y trouver son compte et en plus ce n’est pas compliqué !

Natacha GRIMALDI

Informations complémentaires :

http://www.bouches-du-rhone.gouv.fr/content/download/19198/118713/file/Arr%C3%AAt%C3%A9%20cadre%20du%2017%20mai%202016.pdf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :