L’eau : 3 jours pour survivre !

Tout le monde sait que l’eau est essentiel à la vie. Pourtant, dans un monde où l’eau potable coule au robinet, nous en sous-estimons sa valeur. C’est un bien commun d’une valeur inestimable que nous utilisons quotidiennement comme si cette ressource était illimitée sans nous soucier parfois de la quantité et de la qualité de l’eau distribuée. Nous n’imaginons pas lors de cette utilisation, tout le parcours de cette eau pour arriver jusqu’à notre maison. Elle est filtrée au travers des différents matériaux naturels qu’elles traversent puis pompée, assainie, contrôlée et acheminée. Tant d’étapes qui, n’existent pas à l’état naturel, et sans lesquelles nous aurions du mal à rester en vie. Nous ne tiendrions pas 3 jours sans eau, c’est à dire sans la localiser, la collecter, la filtrer et la purifier…

 

Trouver de l’eau pour survivre

Sans carte, vous pouvez trouver de l’eau directement potable avec : 

  • L’eau de pluie et rosée : Mais faut-il encore la collecter (entonnoir avec une grande feuille, bâches suspendues, récipient pour récolter au sol,…). Vous pouvez également éponger l’eau déposée sur la végétation grâce à un tissu, puis l’essorer pour en récupérer l’eau.
  • La neige et glace : Permet d’obtenir une eau potable, à condition de la réchauffer. Préférez la glace à la neige car elle est plus riche en eau. Évitez de réchauffer de la glace marine car elle est salée, à moins que vous n’ayez la possibilité de la distiller.

Vous pouvez purifier de l’eau provenant :

  • Des lacs, rivières ou mares : Si vous avez besoin de boire rapidement, préférez les sources agitées. Plus vous serez en amont, plus elle sera saine. Il est néanmoins recommandé de la purifier. Sur les montagnes, creusez dans les lits desséchés des ruisseaux, car l’eau s’y cache souvent sous le gravier.
  • Des eaux souterraines : Essayez d’identifier les signes qui indiquent la présence d’eau : au pied d’une pente raide dans le fond d’une vallée, dans les crevasses ou cavités en montagne, un coin de verdure dans une zone semi-aride ou aride, une terre humide comme dans les lits asséchés ou avec une forte présence de végétaux. Avant de creuser, assurez-vous que le jeu en vaut la chandelle pour ne pas passer du temps et de l’énergie à creuser pour rien.

 

Les dernières façons de récupérer l’eau sont :

Description d’un puit solaire (Solar still) – source : article du HowStuffWorks 2007
  • La condensation solaire (puit solaire) : Tendez une bâche au-dessus d’un trou, en l’inclinant vers le milieu à l’aide d’une pierre et mettez un récipient sous la pierre. Avec la chaleur, l’eau devrait se condenser sur la bâche et couler jusqu’à votre récipient.
    Une méthode longue, qui peut demander plusieurs heures, mais efficace pour récupérer de l’eau à partir d’eau de mer* ou de condensation végétale (branches d’arbres).
    Je n’ai pas encore pu tester cette méthode car cela demande des conditions d’ensoleillement qu’il n’est pas possible d’avoir en cette période hivernale.
    Voir une vidéo pour en savoir plus sur cette méthode
    *A savoir que l’eau de mer est très dangereuse pour la santé et ne doit jamais être bu directement. Par contre, elle peut être employée pour la cuisson des aliments.
  • L’eau végétale : Certaines plantes sont naturellement riche en eau (les tiges grimpantes, bananiers, plantains, bambous, figuiers, cactus, palmiers…). Le bouleau fait partie de ces plantes et il est possible d’en récupérer à l’aide d’un trou dans l’écorce de l’arbre.

Bien sûr, ces pratiques ne sont pas à pratiquer régulièrement car elles peuvent porter atteinte à la santé des plantes.

Obtenir un liquide clair en filtrant l’eau

La filtration vous permet d’éliminer les petits débris et dépôts en suspension dans l’eau. Mais attention, filtrez l’eau ne veut pas dire la décontaminer et la rendre potable. Pour cela, il faudra ensuite la purifier.

Pour filtrer l’eau, si vous êtes au bord d’une rivière, vous pouvez faire un trou dans la terre au bord de la rivière. Cela réalisera un filtre naturel. Sinon vous pouvez fabriquer un filtre (dans une bouteille ou un trépied avec trois filtres en tissus) composé de différentes couches de 5 centimètres d’épaisseur avec de haut en bas : gravier / sable / charbon ou mousse / sable / charbon.

 

J’ai testé le filtre avec gravier / sable / charbon, cela fonctionne très bien. Je suis assez surprise, car c’est vraiment très efficace. Je vous le recommande. N’oubliez pas de mettre un tissu perméable (ou du coton) à l’endroit de l’ouverture. Néanmoins, c’est très simple lorsque vous avez un récipient comme une bouteille sous la main, mais ce n’est forcément pas le cas dans la nature.

Purifier l’eau pour la rendre potable

Pour savoir si une source d’eau est potable, il faut regarder d’où vient cette eau et quel est son trajet. Avant de boire une eau, vérifiez toujours la présence de végétation et scrutez les bords à la recherche de cadavres d’animaux.

Évitez les risques inutiles ! Boire de l’eau contaminée peut devenir rapidement dramatique. Partez du principe que toute source d’eau est par défaut contaminée et que seule l’eau des averses récentes est potable !

La méthode la plus simple pour purifier l’eau est de la faire bouillir pendant 8 minutes ! Attention néanmoins, si vous êtes en altitude, l’eau bout à température plus basses et les bactéries ne sont pas forcément toutes tuées.

Une deuxième méthode, beaucoup plus longue, consiste à purifier l’eau grâce à une bouteille exposée aux rayons UV durant 6 h.

Christelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :